TOUCHÉ !

jeudi 21 juillet 2022

Du rouge! (extrait)

pixiz-07-12-2016-02-21-06  

- Sinon tu ne sauras jamais la fin de l'histoire de Jip quand il avait 5 ans.

- xxx... Je t'aime.

- Meg! Jip est trop jeune encore! (sourire).  Alors un jour où le petit Jip est au marché avec ses parents, il voit un étalage de fruits et légumes où son regard est terriblement attiré par un petit fruit d'un rouge éclatant. Jip est en culotte courte et il se penche pour se gratter le genou. Mais ses yeux lorgnent le petit fruit tentateur. Il s'approche. Ses parents sont dans la boutique. Il caresse de ses doigts la peau veloutée du fruit. Sa bouche se mouille. Il se dit que s'il en prend juste un petit, personne ne s'en apercevra. Le petit garçon que je suis jette un coup d'œil vers les grandes personnes occupées à l'intérieur. Ses lèvres salivent tellement la gourmandise veut goûter au rouge si frais devant lui. Alors comme un voleur, Jip se saisit vivement du petit fruit et le dissimule dans sa bouche. Ses dents mordent. Sa langue goûte. Ses yeux pleurent. Il veut cracher, mais il ne peut pas. Jip avale à travers ses larmes le fruit brûlant. Sa bouche semble en feu, mais il ne peut pas parler, ses parents reviennent. Alors, le brûlant petit voleur  a fait la connaissance incendiaire d'un piment fort.©orobinson  Virtuellement Meg

 

 

 

Posté par picassotte à 14:40:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Elle était ...

15283963_997161327054976_7964339595651958601_n

Posté par picassotte à 14:38:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

L'amour de deux hommes (extrait)

pixiz_18_12_2016_23_36_10

- Pourquoi parler de rupture? Nous nous aimons et nous le répétons à tous vents. Je crois que le train qui mène nos pensées, à l’intérieur de nos têtes, va dérailler si nous n’arrêtons pas d’échauffer les rouages comme nous le faisons constamment. Je rage, Jip. Je veux te toucher. Une seule fois. Toucher ta main et voir tes yeux. Dis-moi que je ne suis pas juste du virtuel. Répète-le encore.

-Tu mériterais une fessée! Notre amour n'a rien de virtuel. Il est digne des plus grands amours et que je ne te vois plus le sous-estimer. Il y a eu Roméo et Juliette et il y a maintenant Jip et Meg. ©orobinson  Virtuellement Meg

Posté par picassotte à 14:36:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ça fait mal!

Jip... Attendre fait mal. Oublier fait mal. Mais ne pas savoir quelle décision prendre est la pire des souffrances ... ©orobinson  Virtuellement Meg

110119531_o

Posté par picassotte à 14:34:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

De toi

pixiz-22-12-2016-04-52-52

Posté par picassotte à 14:29:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Tomber!

pixiz-07-12-2016-01-20-29        tomber amoureuse    

Sans titre

Posté par picassotte à 14:22:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
jeudi 17 février 2022

Je te dirai ... (extrait)

"- Je suis à toi.

 Il sourit au reflet du verre taché de lettres. Cela fait déjà moins mal."

pixiz-17-02-2017-21-01-43

Posté par picassotte à 15:06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 11 février 2022

En manque de mots... (extrait)

 

114651569

 

"Dans son courrier aucun message. Jean n'a pas dormi avec elle. Voilà! Jean n'est plus là. Jip non plus. Le mode attente est enclenché."

pixiz-11-02-2017-18-53-07

Posté par picassotte à 13:04:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
dimanche 30 janvier 2022

Emporte-moi (extrait)

"La portée de la solitude a éteint la lune dans le ciel qui la couve.  Elle sait que demain le soleil ne brillera pas. Elle n'y croit plus.

13934785_901156999988743_8103979523564521703_n

                                   

Le silence la nargue d'une pesanteur que lui renvoie le noir de la fenêtre

où elle espère voir quelque chose.

Ses yeux lui font peur. Ils sont froids comme l'hiver qui vient de finir.

Une tempête de pluie martèle sa tête. C’est violent et glacial.

Elle les clos sur les ténèbres qui l'épient autant derrière sa fenêtre que dans son cœur.

Elle serre les paupières sur le feu qu'elle y a éteint il y a tant et tant de jours.  

Pourtant un éclair blanc traverse son cerveau. Elle a envie de le suivre et rejoindre le ciel afin de se blottir tout près du soleil qui ne se lèvera peut-être pas demain, mais qui saura quand même la réchauffer un peu.

Elle pleure. Il fait froid dans son cœur. À travers ses larmes elle avise les comprimés qui colorent les petites bouteilles sur la tablette.

Elle ne réfléchit pas. Elle ne pense même pas. Le champ de la prairie lui fait trop peur dans sa lourdeur solitaire et si vaste, mais il l’attire." ©orobinson Virtuellement Meg

 

Posté par picassotte à 15:59:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :